L’amour véritable, envers soi-même c’est :

  • Se donner le droit d’être ce que nous sommes à chaque instant, même si nous ne sommes pas ce que nous voulons être (exemple, impatient, menteur…)
  • Accepter ses différences par rapport aux autres, sans aucun jugement.
  • Etre capable de se faire plaisir même si nous ne croyons pas le mériter.
  • Se donner le droit d’être humain (ex : avoir des peurs, des faiblesses, des limites).
  • Se rappeler que tout ce que l’on vit est une expérience et non une erreur, ce qui évite le jugement.
  • Laisser son cœur décider plutôt que de tenir compte de la notion de bien et de mal suggérée par les autres.
  • Apprendre de chaque expérience plutôt que de se condamner.
  • Ecouter son besoin même si les autres nous conseillent autrement.
  • Etre bien même si nous ne répondons pas à nos propres attentes ou si nous ne tenons pas notre promesse envers soi-même ou les autres.
  • Observer ce qui se passe, même si une petite voix intérieure n’est pas d’accord.
  • Se rappeler que personne ne peut s’occuper de notre bonheur, que nous sommes la seule personne responsable de ce qui nous arrive.

L’amour véritable envers les autres, c’est :

  • Leur donner le droit d’être ce qu’ils sont à chaque instant, surtout s’ils ne sont pas ce que nous voudrions qu’ils soient (ex : l’autre est paresseux ou négatif).
  • Accepter la différence des autres sans les juger.
  • Donner des conseils aux autres ou les guider sans rien attendre en retour.
  • Leur donner le droit d’être humain (ex : avoir des peurs, des faiblesses, des limites).
  • Leur permettre de décider eux-mêmes, surtout si je juge qu’une décision est inacceptable.
  • Me rappeler de chaque personne a besoin de vivre des expériences différentes, selon son plan de vie.
  • Les laisser vivre leurs expériences et en assumer les conséquences.
  • Faire des demandes sans attente (ex : me savoir aimé même si l’autre me dit non).
  • Me souvenir qu’une attente est légitime seulement lorsqu’il y a eu une entente claire entre deux personnes.
  • Observer les autres plutôt que de les juger ou les critiquer.
  • Me souvenir que je ne peux pas rendre quelqu’un d’autre heureux : ce dernier est le seul responsable de son bonheur.

Vous serez sans doute nombreux à vous dire que cette définition est celle de l’égoïsme. Si vous pensez cela, je vous recommande d’aller voir la définition de l’égoïsme.

Sources : Lise Bourbeau

2019-01-17T12:39:45+00:00