Pourquoi faites-vous ce que vous faites ?!

choisir son métier-blog-veronique-jacquemoud

Quelle est votre raison d’être au monde ?

« Les gens me parlent et je ne les entends plus,

les journées se passent et je ne les contrôle plus,

les choses se font et je ne les apprécie plus,

le temps passe et je ne suis plus là »

Si ces sensations raisonnent en vous actuellement c’est probablement que vous vous êtes éloigné(e) de votre raison d’être et du sens de vos actions. Il n’est jamais trop tard pour REAGIR ! Evoluer, c’est aujourd’hui une évidence pour toutes celles et ceux qui recherchent à s’épanouir et réussir leur vie.

Je suis née dans un pays, la France, dominé par la toute puissance de « l’intelligence », du QI, du niveau de nos diplômes et de notre statut social, un pays inspiré par Descartes, la rationalité de l’être : « je pense donc je suis »… Je suis également née à une époque où le diktat de l’image, de la performance, du « soit le meilleur », de la consommation à outrance et du temps de « l’urgence » devenaient nos « conditions » pour exister. Dans cette « course folle de nos vies qui embarque nos corps » de plus en plus fréquemment, notre corps pose ses limites (maladie, burn out, etc.), à défaut de s’être écouté. Comment trouver notre place dans un monde perché sur un modèle où la recherche de liberté (mai 68) flirte avec la construction d’une société qui s’est programmée – malgré elle – à réduire bien des générations à une soumission docile et inconsciente nous rendant parfois « assistés » ?

Hier encore ponctuel, cette sensation d’être dépassé(e) et qui engourdie nos vies est devenu un phénomène de société. Elle se répand et devient désormais l’un des freins majeurs au bon fonctionnement de nos économies, frappant en plein cœur les entreprises, les organismes publics et leurs managers. « Mal vivre » au travail mais aussi en société, crise des repères, perte du sens des actions et de démotivation généralisée… Ces signaux manifestent le désarroi d’un nombre de plus en plus important de gens qui n’arrivent plus à faire face au rythme accéléré du changement.

Ce phénomène, démarré avant nous aux Etats-Unis et au Canada, arrive en Europe comme en Suisse. Ces pays se distinguent apparemment aujourd’hui de la France par une sensibilité plus grande, non seulement aux réponses que peuvent apporter de nouvelles disciplines basées sur la connaissance du fonctionnement de l’être humain, mais aussi à des générations de professionnels en développement personnel ayant suivi un chemin d’éveil spirituel plus important que la moyenne.

Pause récréative

Aïe, Aïe, Aïe… oui je sais, on me l’a déjà dit : « Véronique tu t’égares. Tu ne DOIS PAS prendre le risque de parler de spiritualité. En France, c’est un gros mot. Ce n’est pas poli et en plus ça fait peur aux responsables politiques ».

Et là, je me souviens encore de cet ex-collaborateur de Fabius, ami par ailleurs de longue date, me dire qu’il pensait que je filais un mauvais coton, très inquiet pour moi en pensant que j’avais été envoutée par une secte parce que, notamment, je faisais du coaching et qu’il avait par ailleurs, avant d’autres, eu connaissance du projet de la Grande Fabrique des Richesses de l’Humanité. Quelques temps plus tard, après notamment une assez forte crise de sens dans ce qu’il faisait dans sa vie (son travail), il faisait le choix de se former et de devenir coach professionnel ! Intéressant.

La seule chose qui soit permanente aujourd’hui, c’est la certitude du changement…

2018-05-07T17:17:29+00:00